logo tutos photo

Photographie de natures mortes

Conseils pratiques, réglages et techniques pour réusssir ses natures mortes.

image

© Guillaume Fürst, 2009
Nikon D90 ; focale : 42 mm ; ouverture : f/8 ; vitesse : 1/100 s. ; ISO : 200

1. Généralités et spécificités de la photo de natures mortes

Pas forcément attractif de prime abord, la photo de nature morte offre de nombreuses possibilités et constitue un bon exercice pour apprendre à maîtriser la lumière et d'autres notions basiques de photographie.
En effet, par définition, la nature morte ne bouge pas... on a donc tout le loisir de s'amuser à varier la vitesse, l'ouverture, ou encore les mesure de la lumière. La nature morte est également intéressante pour s'entraîner à soigner la composition. Enfin, on peut aussi s'entrainer à varier l'éclairage (ne serait-ce qu'à la lampe de bureau), afin de mieux maîtriser la gestion de la lumière.
De plus, les possibilités sont quasi infinies ! Vous pouvez photographier tout types d'objets (vaisselle, outils, bijoux, bibelots, aliments, fleurs, etc.), différentes textures et matériaux (bois, verre, métal, tissus, etc.), dans différents types de mise en scène (classiques ou incongrues, objets seuls ou compositions de plusieurs objets, etc.). De quoi occuper de bien nombreuses journées pluvieuses en vous amusant et apprenant à maîtriser votre matériel ;-)

EN SAVOIR PLUS
explications alternatives et informations supplémentaires


Liens gratuits :
-> La photo de nature morte (commentcamarche.net)
-> Réaliser des photos de volutes de fumée (virusphoto.com)

Liens commerciaux :
-> Nature morte (Terry Hope)

Retour en haut de page

2. Réglages et techniques recommandés pour la photo de natures mortes

(Consultez les pages spécifiques, en cliquant sur les mots clés en gras, pour en savoir plus sur chaque réglage et technique.)
équipement :
boitier : pour vous initier à ce genre de photo, plus ou moins n'importe quel appareil photo peut faire l'affaire.
focale : une focale moyenne (~35mm ou 50mm) convient pour des plans assez large ; une focale un peu plus longue (~100mm) pour des plans plus rapprochés sur un objet.
accessoires : une table ou tout autre support pour poser votre sujet, ainsi qu'un fond pour le mettre en valeur ; une petite lampe d'appoint ou un flash peut être utile aussi pour découvrir la gestion de la lumière.
mesure de la lumière :
balance des blancs : laissez-la sur automatique ou sélectionnez la température de couleur correspondant à votre source de lumière (lumière naturelle, ampoule tungstène, néon, flash, etc.).
mode de mesure pour l'exposition : mesure matricielle/multizone ou pondérée centrale si la scène ou l'objet que vous photographiez ne présente pas de grands écarts de luminosité ; mesure spot sur la zone principale du sujet photographié pour plus de précision.
vitesse : comme votre sujet ne bouge pas (en principe...), utilisez simplement la vitesse minimum pour éviter le flou de bougé de l'appareil ; metter éventuellement l'appareil sur un pied afin d'utiliser un temps de pose long si vous manquez de lumière.
ouverture : essayez différentes ouvertures ! la nature morte est un bon sujet pour s'entrainer à gérer avec précision la profondeur de champ.
sensibilité : à régler de préférence au miniumum (100 ou 200 ISO) pour obtenir la meilleure qualité d'image possible.
gestion de la lumière :
lumière naturelle : dans la mesure du possible, placez vous à côté d'une fenêtre bien éclairée, modulez éventuellement la qualité de lumière à l'aide d'un drap ou d'un rideau blanc (à placer devant la fenêtre pour obtenir une lumière plus diffuse, plus douce)
lumière artificielle : en utilisant une source de lumière artificielle (lampe, flash), vous pourrez plus facilement expérimenter différents éclairages et découvrir la gestion de la lumière, voire l'éclairage avancé au flash.
composition : tout est possible ! une bonne occasion d'essayer différents types de composition, et d'obtenir une composition soignée !
zone de netteté :
méthode de mise au point : zone sélective de mise au point ou mise au point manuelle.
zone de mise au point (MAP) : faites soigneusement (vous avez le temps) la mise au point sur votre sujet principal (ou placez la mise au point à un endroit inattendu).
gestion de la profondeur de champ (PDC) : petite PDC si vous voulez isoler votre sujet (ou une partie de votre sujet) du reste de l'image, grand PDC si vous voulez que plusieurs éléments (et éventuellement l'arrière plan) soient nets.
retouches photo simples :
luminosité, contrastes : ajustez la luminosité et/ou le contraste de votre image pour peaufiner le rendu de l'éclairage, rattrapez les éventuels petits défauts d'exposition (légère sur- ou sous-exposition)
couleurs : augmenter un peu la saturation (et/ou modifiez éventuellement la teinte) si vous avez photographié un sujet coloré, essayer de désaturer un peu si vous souhaitez un rendu plus sobre ou "ancien".
netteté, flou : augmenter éventuellement un peu la netteté ou ajouter du flou pour un rendu plus "onirique".
retouches avancées :
sélections : utilisez les sélections pour appliquer des retouches plus précises sur votre sujet principal (p. ex. augmenter la luminosité du sujet et diminuer celle de l'arrière plan).


Retour en haut de page


Cliquez ici pour partager cette page sur Facebook

© Guillaume Fürst, 2010-2014. Mis à jour le 14 juillet 2014.

Visitez également www.exifs.ch et www.amazentropyc.net